Aline d’Ambricourt est initiée à la musique par sa mère, Jacqueline Josse-Gaudet, professeur à l’Ecole Normale de Musique de Paris ayant travaillé aux côtés d’Yvonne Loriot les ondes Martenot avec Maurice Martenot. Elle fréquente les conservatoires de Versailles (cours d’Agnelle Bundervoet), Saint-Cloud (classe de Richard Siegel) et Rueil-Malmaison, puis suit des stages auprès de Martine Chapuis, Laurence Boulay ou Olivier Beaumont avant de parfaire sa formation avec Christophe Rousset, Kenneth Gilbert et Bob van Asperen au Conservatoire Sweelinck d’Amsterdam.

Sa carrière l’amène à se produire en France et en Europe où elle donne, depuis 1991, plus de 150 récitals de clavecin — festival de Rome (1994), Nuits Musicales en Armagnac (1995), festival Un été à Bourges (1995 et 1996), festival des églises romanes du Berry, Festival de Saint-Riquier à l’Hôtel Saint-Berny d’Amiens, Festival des Jeudis Musicaux de Royan, Château de Chambord (1998), Festival de musique baroque de Souvigny (1998), Festival de Piano à Riom (2000), Vendsyssel Festival (Danemark, 2001), Festival Musica Classica Pescara (Italie, 2003)… — avec la volonté de faire partager au public sa passion pour cet instrument.

Elle se produit également à la Fondation Querini Stampalia à Venise (1997), lors de récitals au Palais Thott de Copenhague (Danemark, 2004), au Parlement de Bruxelles et au palais royal de Fredensborg à l’invitation de la reine et du prince consort de Danemark (2004) ; elle participe aussi à des concerts sous l’égide du Woman International Club au bénéfice d’œuvres humanitaires pour le développement d’écoles au Cambodge et au Mexique.

Sa sensibilité particulière pour la musique de chambre l’amène à jouer aux côtés de la soprano Emmanuelle Gal (Ensemble Discantus de Brigitte Lesne), du sopraniste Fabrice di Falco (création de Frédérick Martin à l’église Saint-Séverin de Paris), de l’ensemble de Stefano Bagliano « Il Collegium Pro Musica » (Graz, Autriche ; Monte-Carlo), du violoncelliste Erik Oskar Huetter, du contre-ténor Massimiliano Mauthe Von Degerfeld au Festival d’Opéra d’Aalborg 2010 (Danemark).

Passionnée par les instruments historiques, elle joue sur les claviers exceptionnels de la Fenton House de Londres, de la collection de Andreas Beurmann du musée d’Art de Hambourg, de la collection Russel du St Cecilia Hall d’Edimbourg…

Suite à ses recherches avec Jean Lionnet au Centre de musique baroque de Versailles, Aline d’Ambricourt travaille à transmettre son intérêt pour le répertoire ancien et réalise le film documentaire et musical « Domenico Scarlatti l’Intemporel » en 2007, lequel reçoit les éloges de la critique (Classica, Figaro Magazine, La Lettre du Musicien…). Toujours encline à défendre son instrument, elle fonde le site clavecin.com.

Aline d’Ambricourt a gravé un CD dédié à Louis Marchand et François Couperin (salué par le magazine Gramophone).

Elle est la première musicienne à réaliser un enregistrement des sonates de Scarlatti sur le fameux Migliai, clavecin historique dont la sonorité est particulièrement proche des instruments qu’utilisait Domenico Scarlatti.

Aline d'Ambricourt préside la Fondation du Clavecin, qu'elle a créée en mars 2012 à Genève (Suisse).

La Fondation du clavecin a pour objectif de faire vivre cet instrument intimiste dans la culture contemporaine et pérenniser le patrimoine historique qu'il représente.















J-S. BACH, Prélude BWV 846         






© clavecin.com marque déposée

Site créé par simpleway en 2009 (Paris)